Le Saluto

 

Le safran, pièce de gouvernail, a été placé puis fixé sur un socle face à la mer, sur le chemin touristique d'accès au sommet de la falaise.

 

Restaurée, l'imposante et lourde pièce de 5,40 m de haut et 2,30 de large provient

du trois-mâts Finlandais le Saluto, échoué et détruit par la mer entre Mers et Le Tréport

en 1904.

Un ébéniste de Guilmécourt, M. Longuemare, a changé des pièces de bois centrales, consolidé le tout avec des tiges filetées et traité les pièces métalliques d'origine.

Cette initiative débute par une trouvaille sur le sable en 2001.

 

« Cette pièce de bois a été identifiée en tant que safran du Saluto. C'est la pièce mobile qui, en lien avec le gouvernail, lui permet de se diriger », précisent les élus mersois qui y voient

un témoignage de l'histoire maritime locale. Avec l'adjoint au patrimoine, Michel Delépine,

ils stockent alors le safran , en lui promettant des jours meilleurs, à savoir sa mise en valeur auprès du public. Ce sera chose faite, douze ans après.

 

 

Le 8 novembre 1904, un grand navire Finlandais, le trois-mâts Saluto s'échoue devant

Le Tréport et Mers-les-Bains, à la suite d'une tempête de force ouragan, venant du nord-ouest. Après avoir tenté de rejoindre le port, le navire, ses voiles déchiquetées, est poussé vers Mers et s'échoue sur le sable. Tout l'équipage est sauvé.

 

On tente alors de le stabiliser, mais la tempête fait rage et le lendemain matin, le navire perd deux mâts sur trois et fait eau de toutes parts. On récupère tout ce qu'on peut à bord.

Vers midi, il est considéré comme perdu. La marée haute qui suit lui donne le coup de grâce. La mer le met en pièces. Certains éléments partent à la dérive. D'autres jonchent la plage mersoise. Une histoire racontée en 2008 par le Tréportais Dany Laurent dans son ouvrage Le périple du Saluto.

Ville de Mers-les-Bains est sur Facebook.

Pour communiquer avec Ville de Mers-les-Bains, inscrivez-vous sur Facebook dès maintenant.

OFFICE DE TOURISME

"Destination Le Tréport-Mers"